classement et millesimes
vins du siècle

VOTRE GIRONDE

boutiques Amour du Vin
Guide des Vins
 

Choisir son vin de Bordeaux sans se tromper

Edition du 22/03/2007
A L'HONNEUR CETTE SEMAINE

 CHATEAU BÉLAIR

Unique

Château BELAIR

Tradition et innovation


Le Château Bélair est un 1er Grand Cru Classé depuis le commencement du Classement des vins de Saint-Émilion, soit en 1954. L’origine de la propriété est fort ancienne et remonterait à l’époque des Gaulois. Au XIVe siècle, elle appartenait au Gouverneur de la Guyenne, alors anglaise, Sir Robert de Knolles. De nombreux guerriers célèbres, dont le Chevalier du Guesclin, y auraient séjourné. La longue histoire de ce vin commence avec la récolte 1802 mise en bouteilles au château, une première à Saint-Émilion. Puis la famille Dubois-Challon, acquéreur en 1916, confirma son nom de Château Bélair. En 2003, au décès de Madame Dubois-Challon, Pascal Delbeck devient propriétaire; en 2006, il cède des parts minoritaires de la Société d’exploitation aux Ets. Jean-Pierre Moueix, à qui il confie également la commercialisation exclusive. Ce premier Cru Classé de Saint-Émilion s’étend sur une superficie de 12 hectares et demi sur un terroir très spécifique composé de deux unités géographiques. Tout d’abord le plateau calcaire (formation tertiaire), composé plus précisément d’un calcaire à astéries (oligocène supérieur). Ce dernier, fossilifère, présente trois faciès plus ou moins durs : le premier (le plus en surface) se compose d’une couche peu épaisse d’argile à huîtres; le deuxième, la calcarénite, calcaire à grain fin, est notamment utilisée comme pierre de taille; la troisième, là où se trouvent les racines profondes, étant la calcirudite, riche en fossiles grossiers. Ensuite, le vignoble s’étend sur la côte sud de la butte de Saint-Émilion (inclinaison de 15%) dont le sommet est constitué d’une couche de calcaire à astéries, associée à l’Argile de Castillon (oligocène inférieur) de nature imperméable, composée de nodules calcaire, et la molasse du Fronsadais (oligocène inférieur), une roche calcaire tendre de texture fine à grossière. Le long de la pente on rencontre plusieurs formations tertiaires et, en bas de pente, des formations quaternaires d’origine alluviale quelques fois recarbonatées par colluvionnement. L’âge des vignes du Château Bélair est de 40 ans, il n’y a pas eu de gelée en 1956 et les plus anciens plans datent de 1900. Le traitement du vignoble en Ecodynamie est très respectueux des équilibres naturels puisqu’aucun produit toxique n’est utilisé. Les méthodes culturales de la vigne sont effectuées dans le respect de l’expression du terroir. “Notre dernier traitement anti-acariens remonte à 1978, précise Pascal Delbeck, le propriétaire, et nous avons toujours eu une démarche de culture biologique : une seule exception depuis l’abandon du labour à cheval, un défanage de surface sous le rang pour la côte. Nous travaillons sur la bio-diversité, en profitant de certaines zones fragilisées du plateau pour implanter des essences autres que la vigne comme des lauriers, des noisetiers, des charmes, qui abritent le gibier et les oiseaux. La vigne étant une monoculture, on rééquilibre ainsi l’écosystème. Nous avons effectué une étude qui a conforté nos décisions concernant le choix des porte-greffes, les systèmes de drainage, ceux d’évacuation de certaines sources, ou l’enherbement. Ce profil pédologique précis nous permet de comprendre les interactions entre les différentes couches de sols, et cela nous apporte beaucoup d’informations au niveau du “stress” de la vigne, variable en fonction des différents types de sols, de la végétation, du cépage. Grâce à notre masse de calcaire, nous avons une réglementation en eau relativement constante, par capillarité, l’eau remontant de 6 ou 7 m de profondeur en été. Au chai, nous appliquons bien entendu nos principes de bio-dynamie, et refusons l’osmose inverse ou des techniques qui nivellent, en fait, la personnalité réelle du vin. Pour la vinification, afin de mieux préserver la qualité nous avons inventé, en 2004, “l’hélicopigeur”, un système à vis d’Archimède qui permet une extraction douce et aromatique au cœur de nouvelles petites cuves thermorégulées en inox, dédiées chacune à une parcelle. La macération est lente et la fermentation malolactique s’effectue sous marc, vient ensuite l’élevage qui s’effectue en barriques de chêne dont les bois sont élevés à Bélair. Le rendement moyen est de 39 hl/ha depuis une vingtaine d’années. Nous sommes attachés à produire des vins très classiques, très représentatifs de leurs terroirs, et je combats l’homogénisation. Aujourd’hui, la mode préconise par exemple l’utilisation de levures ou de technologies pointues qui ont tendance à uniformiser les goûts, c’est-à-dire “à faire bon mais jamais à faire grand”. Ce n’est pas notre philosophie. À Bélair, nous n’oublions pas l’esprit pour la forme”, conclut Pascal Delbeck. Bélair s’affirme par son élégance, ses tanins fins, sa dominante de fruits, un grand vin racé qui se révèle d’autant mieux après quelques années de bouteille.

   

CHATEAU BÉLAIR


Pascal Delbeck

33330 Saint-Émilion
Téléphone : 05 57 24 70 94
Télécopie : 05 57 24 67 11
Email : belair@chateaubelair.com


NOS COUPS DE CŒUR DE LA SEMAINE
 

Château LAUDUC

Toujours au sommet également avec leur Bordeaux Supérieur cuvée Prestige 2003, élevé en barriques durant 15 mois, classique, un vin coloré, alliant charpente et velouté en bouche, très parfumé, très réussi, un vin qui poursuit son évolution et développe des arômes séduisants de cassis et de sous-bois. La cuvée Tradition est plus souple, bien corsée comme il le faut, parfaite sur une grillade. Excellent Bordeaux Clairet, tout en rondeur, tout en persistance d’arômes.

Richard et Régis Grandeau
Domaine de Bellevue
33370 Tresses
Téléphone :05 57 34 43 56
Télécopie :05 57 34 43 58
Email : m.grandeau@lauduc.fr
 

Château la COUSPAUDE

Provenant d’un terroir de fine couche de terre argilo-calcaire sur sous-sol rocheux (70% Merlot, 25% Cabernet franc et 5% Cabernet-Sauvignon), la famille Aubert élève soigneusement ce Saint-Émilion GCC 2004, concentré, gras, au nez complexe où l’on retrouve les fruits confits et la vanille, qu’il faut laisser évoluer. Le 2003, tout en couleur et en matière, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de fumé, d’humus et d’épices, est tout en bouche. Beau 2002, dense et velouté, charnu, dominé par les fruits mûrs et les épices, tout en structure et souplesse à la fois. Le 2001, aux tanins soyeux, est très parfumé (cuir, épices...), dans la lignée du 2000. Goûtez leur excellent Lalande-de-Pomerol Château Jean de Gué 2003.

Daniel Alain et Jean-Claude Aubert

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 40 15 76
Télécopie :05 57 40 10 14
Email : vignobles.aubert@wanadoo.fr
 

Château de BRAGUE

Particulièrement aimé son Bordeaux Supérieur Plantier de la Reine 2003, de belle robe intense, très équilibré, au nez comme en bouche, au nuances complexes où dominent les fruits mûrs, le cuir, de très bonne évolution. La cuvée traditionnelle 2004, charnu, de belle robe soutenue, ample en bouche, au nez légèrement épicé, aux tanins fondus.

Noëlle Galland

33870 Vayres
Téléphone :05 57 84 41 01
Télécopie :05 57 84 83 03
AU SOMMAIRE CETTE SEMAINE

A L'HONNEUR CETTE SEMAINE :
CHATEAU BÉLAIR

NOS COUPS DE COEUR DE LA SEMAINE :
Château LAUDUC
Château la COUSPAUDE
Château de BRAGUE
CHATEAU DE MALLE

MEDOC : LE CLASSEMENT

UNE MISE A JOUR HEBDOMAIRE :
Notre site est régulièrement actualisé et propose chaque semaine une sélection des meilleurs vins de France.
Si vous désirez recevoir directement et gratuitement nos prochaines parutions, merci de nous adresser vos coordonnées et votre adresse e-mail à : info@millesimes.fr


A LIRE





 

CHATEAU DE MALLE

Au cœur du sauternais, un vaste domaine de 200 hectares. C'est Jacques de Malle qui fit construire ce magnifique château à l'aube du XVIIe siècle. Une œuvre classée monument historique avec des toits de tuiles à la Mansart, une visite qui mérite le détour tout comme ses envoûtants jardins florentins en terrasses. Le vignoble de 27 hectares de Sauternes et 23 ha de Graves est planté d'un seul tenant autour du château. Il est situé sur un plateau bien exposé, très légèrement vallonné, au sous-sol siliceux, sableux et argilo-graveleux. Le Château de Malle est un grand cru classé de Sauternes aux arômes caractéristiques de miel, d'amande, d'abricot confit, de belle évolution. En Graves, le M. de Malle est un beau blanc élevé en barriques neuves, fin, racé, très élégant. Le Château de Cardaillan rouge, à la fois rond et charpenté plus souple que le Château Tours de Malle.

Comtesse Nancy De Bournazel

33210 Preignac
Téléphone :05 56 62 36 86
Télécopie :05 56 76 82 40
Email : chateaudemalle@vinsdusiecle.com
Site : chateaudemalle
Site personnel : www.chateau-de-malle.fr

A VOIR EGALEMENT

Guide des Vins
Le site de Patrick Dussert-Gerber
Aucune marge n'est prise sur les ventes
classement et millesimes
Le site de Millesimes
Les Vins du Siècle
Une selection de Grands Vins

 NOS AUTRES SITES THEMATIQUES


CLASSEMENT MEDOC
MEDOC

Notre passion pour les vins du Médoc est ancienne, fidèle, et nous défendons la typicité. Un vrai Pauillac ne ressemble pas à un Saint-Julien, et il y a, par exemple, plusieurs styles de Margaux, selon des terroirs très spécifiques. Certains vins “confiturés”, sans âme ni vertu, font tort à la grande spécificitémédocaine. Ce qui compte, ce n’est pas le snobisme ni les cuvées “créées” pour avoir une bonne note dans une dégustation, mais les vins typés, à des prix justifiés, du plus grand au plus modeste, et des hommes et des femmes passionnés.
On comprend donc pourquoi l’exceptionnel rapport qualité-prix de plusieurs crus du Classement, explique leur place par rapport à d’autres crus plus connus (et souvent bien plus chers), voire par rapport à des cuvées “spéciales” ou “vins de garage”, généralement absents du Classement). Il faut donc tenir compte du prix pour comprendre qu’un très grand vin, intrinsèquement sur le plan du terroir, mais très cher, peut être dans une catégorie semblable qu’un autre vin, peut-être moins connu, plus modeste, mais dont le rapport qualité-prix-plaisir est excellent. En Médoc, les exemples des belles affaires sont heureusement nombreux, dans toute la gamme, de nombreux grands vins méritant largement leur prix. On le voit à Margaux comme en Saint-Estèphe, à Saint-Julien comme en Haut-Médoc.

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
LATOUR
MOUTON-ROTHSCHILD
MONTROSE
RAUZAN-SÉGLA
CALON-SÉGUR
GRAND-PUY-LACOSTE
LYNCH-BAGES
MALESCOT-SAINT-EXUPÉRY
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
LAFITE
MARGAUX
LÉOVILLE-BARTON
BRANE-CANTENAC
RAUZAN-GASSIES

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BATAILLEY*
BEAU SITE
DESMIRAIL*
HAUT-BATAILLEY
(PICHON-BARON*)
(PONTET-CANET)
CLERC-MILON
FONBADET
LA GALIANE*
MARTINENS*
SAINT-PIERRE
(TALBOT)
LA BÉCASSE*
FONTESTEAU*
FOURCAS-HOSTEN*
LA PEYRE*
POUJEAUX
PREUILLAC*
ROQUEGRAVE*
TAFFARD DE BLAIGNAN
(BARDIS)
BROUSTERAS
CASTÉRA
DOMEYNE*
DUPLESSIS
HAUT-BELLEVUE
HENNEBELLE
LE MEYNIEU
LESTAGE-DARQUIER*
PONTAC-LYNCH*
SAINT-AHON
(TOUR DE BY)
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
CROIZET-BAGES*
HAUT-MARBUZET
TOUR DE PEZ
FOURCAS-DUPRÉ
(GLORIA*)
(GRUAUD-LAROSE*)
(MARQUIS-D'ALESME-BECKER)
MAUCAILLOU
SIRAN
SOCIANDO-MALLET
FOURCAS-DUMONT
HANTEILLAN*
LAMARQUE*
MALLERET*
MURET*
PATACHE D'AUX
TOUR-DU-ROC*
BEL-ORME-TRONQUOY-DE-LALANDE*
GRANINS-GRAND-POUJEAUX
PANIGON
POMYS*
AGASSAC
CHALET DE GERMIGNAN
DOYAC*
(FOURCAS-LOUBANEY)
LISTRAN
PEYREDON-LAGRAVETTE
(PEZ)
PLANTIER ROSE*
SIGOGNAC
SOULEY-SAINTE-CROIX
(LANESSAN)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BÉJAC-ROMELYS*
(CAPDET*)
COUDOT*
FERRÉ*
GALAN*
(GRAVES DE LOIRAC*)
(LABADIE*)
LAUGA*
MOINES*
(PETIT BOCQ)
(SÉRILHAN*)
SIORAC*
TOUR DU GOUA*
(TOUR DES TERMES)
(VIEUX GADET*)
LE BEYAN*
(LAULAN-DUCOS)
REVERDI
(SAINT-AUBIN*)
BÉHÈRÉ
(CARCANNIEUX)
(TERREY-GROS-CAILLOUX*)
(ESTEAU*)
LALANDE*
(LAVILLOTTE)
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
BOIS DE ROC*
GRAND BRUN*
HAUT-BLAIGNAN*
(HAUT-DURIEZ*)
MICALET*
LE TEMPLE*
TOUR MARCILLANET
(VIEUX CHÂTEAU LANDON)
LE BOURDIEU*
(GOBINAUD*)
LACOMBE-NOAILLAC*
LESTAGE*
TOUR CASTILLON
(LA BRANNE)
DAVID*
(GARANCE HAUT-GRENAT)
LARRIVAUX*
(LOIRAC*)
(SEMOLON)
BELLEGRAVE DU POUJEAU*
LA GORRE
MOULIN ROUGE*
(SÉNILHAC*)

MEDOC

Notre passion pour les vins du Médoc est ancienne, fidèle, et nous défendons la typicité. Un vrai Pauillac ne ressemble pas à un Saint-Julien, et il y a, par exemple, plusieurs styles de Margaux, selon des terroirs très spécifiques. Certains vins “confiturés”, sans âme ni vertu, font tort à la grande spécificitémédocaine. Ce qui compte, ce n’est pas le snobisme ni les cuvées “créées” pour avoir une bonne note dans une dégustation, mais les vins typés, à des prix justifiés, du plus grand au plus modeste, et des hommes et des femmes passionnés.
On comprend donc pourquoi l’exceptionnel rapport qualité-prix de plusieurs crus du Classement, explique leur place par rapport à d’autres crus plus connus (et souvent bien plus chers), voire par rapport à des cuvées “spéciales” ou “vins de garage”, généralement absents du Classement). Il faut donc tenir compte du prix pour comprendre qu’un très grand vin, intrinsèquement sur le plan du terroir, mais très cher, peut être dans une catégorie semblable qu’un autre vin, peut-être moins connu, plus modeste, mais dont le rapport qualité-prix-plaisir est excellent. En Médoc, les exemples des belles affaires sont heureusement nombreux, dans toute la gamme, de nombreux grands vins méritant largement leur prix. On le voit à Margaux comme en Saint-Estèphe, à Saint-Julien comme en Haut-Médoc.

 ANNONCES

 PRECEDENTES EDITIONS

Edition du 15/03/2007
Edition du 08/03/2007
Edition du 01/03/2007
Edition du 22/02/2007
Edition du 15/02/2007
Edition du 08/02/2007
Edition du 01/02/2007
Edition du 25/01/2007
Edition du 18/01/2007
Edition du 11/01/2007
Edition du 04/01/2007
Edition du 28/12/2006
Edition du 21/12/2006
Edition du 14/12/2006
Edition du 07/12/2006
Edition du 30/11/2006
Edition du 23/11/2006
Edition du 16/11/2006
Edition du 09/11/2006
Edition du 02/11/2006
Edition du 26/10/2006
Edition du 19/10/2006
Edition du 12/10/2006
Edition du 05/10/2006

 ANNONCES


Site édité par Société des Millésimes - S.A. au capital de 38.112,25 € - 94, rue Saint-Dominique - 75007 Paris - RCS Paris B 350 288 825
Directeur de la publication : Patrick Dussert-Gerber   - Correspondance : Château de Beauregard 33124 Auros. Tél. 05 56 65 51 57. Fax. 05 56 65 50 92. e.mail : contact@millesimes.fr

© Édition Société des Millésimes SA  • Auteurs : Patrick Dussert-Gerber et Brigitte Dussert. Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, de cet ouvrage est strictement interdite. Une copie ou reproduction par quelque moyen que ce soit, photographie, photocopie, microfilm, bande magnétique, disque ou autre, constitue une contrefaçon passible des peines prévues par la loi du 11 mars 1957 sur la protection des droits d’auteur • Certains textes sont © Editions Albin Michel/Dégustations Dussert. Les publi-rédactionnels et publicités réalisés par Millésimes appartiennent à la société d’édition • La société éditrice décline toute responsabilité pour les documents non sollicités, elle n'est pas responsable des documents, textes et photos communiqués par les annonçeurs et agences concernant les insertions publicitaires et publi-reportages, ni par les publicités qui pourraient ne pas être conformes à la loi en vigueur. Les photos, articles et informations rédactionnelles sont libres de toute publicité. Tout matériel non utilisé ne sera pas renvoyé • Photos de Couverture et de reportages : Brigitte Dussert • Autres photos : Tous droits réservés. Ce copyright s’applique à l’ensemble de nos autres sites.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez apprécier avec modération.